Avr 16

Nouvel ouvrage à la Ressourcerie

Éducation populaire et féminisme. Récits d’un combat (trop) ordinaire. Analyses et stratégies pour l’égalité

3 ans de gestation, 11 rédactrices…Cet ouvrage est le fruit d’un travail mené par onze femmes au sein du ré-seau d’éducation populaire la Grenaille.  » C’est suite à une agression sexuelle que nous avons collectivement pris conscience de l’ampleur de l’oppression patriarcale au sein même de nos organisations de travail. Nous avons souhaité publier cet ouvrage pour agir vers plus d’égalité. Il relate à la fois l’expérience vécue au sein de l’environnement de la Grenaille* mais apporte aussi des témoignages d’autres structures. Par ailleurs, vous trouverez à la fois une vulgarisation des théories féministes et des apports métho-dologiques permettant de mettre au travail les rapports sociaux de sexe au sein d’un groupe. »

”Éducation populaire et féminisme. Récits d’un combat (trop) ordinaire. Analyses et stratégies pour l’égalité” – La Grenaille 2016.

Alexia M., Emilie Viard, Marie C., Diane K., Annaïg Mesnil, Natacha R., Katia Storaï, Cécilia G., Mélo P.G., Tiffanie D., Audrey P.

N’hésitez pas à emprunter l’ouvrage à la Ressourcerie !

 

Avr 15

Egalité professionnelle hommes-femmes… Parlons-en !

Le 24 avril, nous accueillons un chargé de mission et juriste du Snaecso, le

Engagement des jeunes – Fédération des Centres Sociaux de Bretagne

syndicat employeur des acteurs du lien social et familial, lors d’une journée co-animée avec la FCS 42-43.

Ca se passe à la FCS 42-43, le mardi 24 avril, entre 10h et 17h, c’est gratuit et ouvert à tous.

Cette journée d‘échanges, d’informations et d’explicitations pourrait suivre la trame suivante :

– un état des lieux avec une présentation par le Snaecso de l’étude «  Mixité et Egalité entre femmes et hommes » dans la branche Alisfa et ce que dit la convention collective et l’accord-cadre.

– des échanges de pratiques et explicitations des textes avec des travaux en groupe sur les pratiques des employeurs sur les thématiques de l’accord – cadre.

Sur ces sujets importants, nous vous attendons nombreux !

Et quelques ressources d’ici là sur le site du Snaecso

Avr 12

C’est possible ! Le pouvoir d’agir s’exprime aussi comme cela !

cestpossible.me :

la nouvelle plateforme des initiatives des centres sociaux qui apportent du changement !

 

Cestpossible donne à voir comment les initiatives du réseau des centres sociaux produisent du changement, de la mise en mouvement d’habitants et des réponses locales à des enjeux de société. Elle met en lumière le foisonnement et la richesse des initiatives qui se construisent, chaque jour, en milieu rural et urbain, et permet de partager des ressources issues du savoir-faire des centres sociaux.

Un centre de loisirs émancipateur, un film sur les gens du voyage pour lutter contre les préjugés, un festival monté par des habitants, un documentaire radio réalisé par des jeunes sur le parcours de migrants … voici entre autres les beaux projets que vous pourrez y trouver !

 

Rendez-vous sur le site cestpossible.me et suivez les dernières actus sur la page Facebook !

Avr 09

Les départements… portraits sociaux

La plateforme de l’observation sanitaire et sociale Auvergne Rhône-Alpes a publié les « portraits sociaux », départements par départements (MAJ en janvier 2018). Les publications contiennent des éléments d’analyse de la précarité, des cartes, graphiques et tableaux offrant des informations départementales et infra-départementales. Croissance démographique, niveaux de revenus, composition de la population, RSA, minimum vieillesse…autant d’infos utiles.

https://www.pfoss-auvergne-rhone-alpes.fr/publications/portraits-sociaux-departementaux/

et le portrait de la Loire et de la Haute-Loire, entre autres.

Cette plateforme d’observation donne accès à des thématiques spécifiques et des ressources intéressantes sur les territoires (thèses de chercheurs, documents de compilation par territoires types EPCI…)

 

Avr 02

Les talents créatifs à toute période !

Bon d’accord, ce n’est plus l’époque.. Mais on peut aimer se replonger dans les guirlandes, les couleurs et les douceurs de la période de Noël. D’autant plus quand c’est synonyme de centre social, d’engagements et de talents créatifs !
C’était fin novembre 2017, au marché créatif du centre social de Villars :

 

 

Mar 26

Les seniors et le numérique à Lorette

Le bilan des ateliers d’initiation au numérique au Centre social les Couleurs du monde à Lorette

En novembre 2017, un groupe d’habitants et d’habitantes s’est réuni pour faire le bilan des ateliers d’initiation au numérique portés par la CARSAT et animés par le centre social les Couleurs du monde à Lorette. Une occasion de revenir sur la place du numérique au sein du centre social et à l’accès aux droits pour les seniors.

 

 

Mar 12

Le Battle Young à Bourg Argental

Fort de son premier succès l’an dernier, la Battle Young reprend son élan en 2018.

A l’origine : un groupe de 7-8 jeunes qui pratiquent du hip-hop depuis 3 ans. Aux côtés des bals, pourquoi ne pas faire vivre le village en partageant la culture du hip-hop ? se disent-ils. En toquant aux oreilles de l’animateur jeunes de l’Espace Déôme, Vincent, le projet d’un festival autour du hip-hop créé par les jeunes prend forme.

Le 13 mai 2017 a lieu la première « Battle young » à Bourg Argental. Une première édition, 40 jeunes et plus de 150 personnes présentes, de Loire mais aussi d’Ardèche et de Drôme.

 

Les jeunes de l’Espace Déôme réitèrent l’évènement pour mai 2018. Tous les mercredis, ils organisent différents pôles de responsabilités (communication, atelier bois pour la signalétique, graff…) « C’est aussi l’intérêt qu’avec un projet commun, on peut toucher à plein d’autres domaines, comme l’atelier bois. Même s’il faut quand même continuer à danser et à s’entrainer ! » souligne Vincent. Un partenariat avec Dyptik, compagnie stéphanoise de danse hip-hop s’est construit et un stage s’organise pour la création d’une chorégraphie commune.

 

Pour 2018, les autres secteurs jeunes des centres sociaux et tous en général, sont invités à participer à l’évènement !

 

Retrouvez toutes les vidéos de la chaine Youtube du secteur jeunes et le site de l’Espace Déôme !

Mar 01

Questionnaire Schéma départemental des services aux familles

Le Schéma départemental des services aux familles (SDSF) de la Loire a été signé le 17 février 2017. Piloté par le Préfet, il met en synergie des services de l’Etat (Education Nationale, Direction de la Cohésion sociale), du Département, de la MDPH, de la Msa, de la Caf, des collectivités locales, ainsi que des partenaires de la petite enfance, de la parentalité et de la jeunesse.
Un diagnostic réalisé à l’échelle départementale est en cours afin de vérifier l’adéquation entre l’offre de loisirs pour les 6-18 ans et leurs attentes, et identifier les freins éventuels à l’accès aux loisirs.

En tant que structures proposant des loisirs pour les enfants de 3 à 18 ans, merci de prendre quelques minutes pour remplir ce questionnaire : Questionnaire structures de loisirs

Pour les enfants et jeunes de 6 à 18 ans, un questionnaire est également en ligne pour connaitre  leurs habitudes et souhaits concernant les loisirs (dans l’idéal accompagnés par adultes/animateurs pour un taux de retour suffisant) : Questionnaire loisirs jeunes

Les résultats de ces enquêtes seront communiqués par le biais de la revue des Caf « Vies de familles » et par la lettre électronique e.caf42.
Le diagnostic complet sera ensuite disponible sur le site des différentes institutions signataires du Schéma départemental des services aux familles.

Merci de votre contribution !

Fév 21

Des jeunes au centre Passerelle entre mangakas et collectif d’artistes

En découvrant l’exposition, nous sommes dans le bain : « Je m’appelle Naïma et j’ai choisi pour nom d’artiste YoKaRiin ». Le vernissage de l’exposition des dessins manga de YoKaRiin a fait venir une quarantaine de personnes, ce vendredi 16 février à la Maison de l’Artisanat de St Paul en Jarez. Autour d’un verre à partager, les dessins manga à l’encre et à l’aquarelle de YoKaRiin sont objets de toutes les attentions.

P1010264

Jonathan animateur jeunes

« Cette exposition, c’est une passerelle entre deux projets, le projet du collectif d’artistes et le projet du club manga » indique Jonathan, animateur du secteur jeune du centre social. Naïma participe en effet à ces deux collectifs de jeunes, animés et coordonnés par le secteur jeune du centre social Passerelle à St Paul en Jarez.

P1010246

Dessin de Naïma

Le club manga ce sont 12 jeunes âgés de 11 à 21 ans, de St Paul en Jarez et des alentours qui se retrouvent autour de leur passion commune pour la culture japonaise et le manga. Le collectif d’artistes amateurs regroupe quant à lui des jeunes âgés de 11 à 25 ans de tous talents (musique, danse, dessin, théâtre…) qui échangent sur leurs pratiques, répètent et organisent des évènements.

Le « club manga » ne manque pas de projets. Après avoir réalisé cinq éditions d’un Festival manga et jeux vidéo sur la commune de St Paul en Jarez, un projet Cosplay et trois visites de la Japan Expo, cette septième année est consacrée à la préparation d’un nouveau

l’atelier cuisine

départ pour la Japan Expo à Paris. Pour financer leur projet, les actions d’autofinancement sont naturellement orientées vers leur passion pour la culture japonaise. Un atelier cuisine Japonaise sera animé par des jeunes du club manga les 21 et 23 février. Yaëlle et Louna ont testé leur capacité à mener et à animer un cours auprès des autres membres du groupe. A la fin du mois, elles animeront l’atelier de cuisine : création d’un bento pour les enfants et réalisation de sushi, onigiri, maki, ramen et dessert daifuku mochi pour les ados et adultes.

L’exposition de Naïma permet aussi au club manga de financer une partie du voyage à la Japan Expo de Paris grâce à un partenariat avec le pâtissier de la commune « Les gourmandises de St Paul » et la vente de chocolats.

P1010267

Naïma lors de son discours d’inauguration

Doyenne du club manga, Naïma a pu perfectionner ses techniques de dessin et développer d’autres capacités. « Ce club manga, ça m’a permis de rencontrer des gens. Je dessine depuis longtemps mais je dessinais seulement dans mon coin avant. J’ai participé au club manga tous les vendredis soir. Ça m’a poussé aussi. Jonathan m’a proposé d’organiser cette exposition, j’ai réfléchi à l’organisation de l’évènement, j’ai travaillé la communication, fait le flyer.. » De nouvelles compétences donc, pour cette jeune femme de 21 ans qui souhaite se professionnaliser dans le graphisme et l’infographie. Naïma anime même des ateliers de dessin auprès d’enfants et d’adultes dans le cadre de l’exposition, une grande première pour elle !

Le collectif d’artistes amateurs ne manque pas de dynamisme non plus : les jeunes échangent sur leurs pratiques et organisent des évènements communs, comme la Fête de la musique. Chacun peut venir répéter le samedi après-midi dans le studio d’enregistrement. Ce collectif met en avant les talents et créé un vrai réseau artistique. Kémila, présente à l’inauguration, a sorti son CD cette année, enregistré au studio, dont la pochette a été dessinée par Naima « c’est aussi ça le collectif, chacun amène quelque chose. »

Jonathan renchérit : « Ce collectif, c’est le moyen d’avoir des perles ! L’objet du collectif, du centre social, et du secteur jeunes, c’est d’amener des jeunes à valoriser leurs compétences, à montrer qu’ils sont présents, qu’ils savent faire des choses. »

Plus d’infos : Centre social Passerelle, Festival de manga, Collectif d’artistes amateurs

Fév 19

Info/Intox avec les animateurs jeunes

Dans la foulée de notre Université d’été régionale « On nous dit tout, on nous dit rien, comment rester libre dans une société qui produit des vérités alternatives, des fakes news et où les grands médias influencent nos vies et nos actions ? » (l’article et les ressources à retrouver ici),

nous avons fait venir, à la demande d’animateurs jeunesse, Sébastien Hovart, animateur formateur, pour qu’il nous parle de Théories du complot et Éducation Populaire.

Sébastien Hovart a questionné nos propres représentations face aux complots et aux fake news et donné des pistes de réflexion et d’action.
C’était fin novembre 2017, à la Maison de quartier du Soleil à St Etienne.

Est-ce que toutes les théories du complot se valent ? Est-ce que nous les dénigrons par principe ou à raison ? N’y a-t-il pas de complot auquel nous croyons ? Ou comment on croit certaines théories du complot, en lien avec nos représentations, nos expériences…

Qu’est ce qu’il se cache en terme de relations et réactions de classe ? Comment, par les théories du complot, interroger nos objectifs d’éducation populaire et d’émancipation ?

Est-ce que dénigrer systématiquement les théories du complot est une approche fructueuse ? Une expression d’un mépris de classe ? Une occasion manquée d’aller sur le terrain de la lutte sociale ?

Pendant deux heures, la dizaine de participants ont échangé, travaillé, confronté leurs avis sur ces questions, au cœur de l’actualité et des enjeux d’éducation populaire.

Articles plus anciens «

Aller à la barre d’outils