«

»

Sep 18

Contrats aidés, une mobilisation du réseau

Les centres sociaux font entendre leur voix sur les contrats aidés…et interrogent la prise en compte de la mutation du travail !

La Fédération nationale FCSF en concertation avec les fédérations départementales, a déployé une énergie considérable pour faire entendre la voix des centres sociaux sur les contrats aidés. Cela s’est traduit par des échanges et interpellations de la FCSF, du SNAECSO et de l’ACEPP en direction des cabinets du Premier Ministre et de la Ministre du travail.

Localement, le réseau 42-43 des centres sociaux s’est employé à analyser les répercussions qu’une telle réforme pourrait avoir en terme d’impacts sociétaux et économiques. En 2016, on comptait 111 personnes en contrats aidés dans le réseau des centres sociaux du 42-43, dans le domaine de l’animation, de l’accueil, de l’entretien, du développement social.

Les centres sociaux fédérés accompagnent réellement les personnes en contrat aidés (première expérience professionnelle, formation, découverte d’un métier, de la vie associative, regain de confiance en soi, de dignité, sortie de l’isolement, dynamique d’épanouissement et émancipation …). Ce sont des personnes qui font partie intégrante des équipes et apportent de véritables plus-values aux territoires et leurs habitants.

Les équipes (bénévoles et salariés) et personnes concernées se mobilisent pour faire entendre leur réalité auprès des services de l’État (DIRECCTE et Préfecture) et auprès des élus : campagne d’interpellation des députés et sénateurs en cours…

Il s’agira non seulement de :

  • proposer un moratoire sur les contrats en cours pour permettre de gérer les situations humaines, les parcours de formation en cours
  • d’ouvrir une réflexion plus large avec nos partenaires autour de la mutation du travail (concertation sur les questions de formation, expérimentation de nouveaux dispositifs qui répondent aux défis d’accompagnement des personnes les plus éloignées de l’emploi…)

La fédération est également signataire d’une interpellation plus collective portée par les Fédérations de Jeunesse et d’Éducation Populaire de la Loire.

Ci-dessous quelques témoignages de la Maison de quartier du Soleil :

 

Aller à la barre d’outils