«

»

Sep 25

Contrats aidés, une mobilisation du réseau 2

Nous souhaitons partager les positions prises par le bureau du centre social du Colibri (Saint-Etienne) la semaine dernière sur l’impact du gel des contrats aidés dans leur structure. Pour donner l’aperçu d’une réalité de terrain.

 

1 / La suppression des contrats aidés aura un impact important sur le Colibri :

  • les activités/services auxquels contribuent des contrats aidés sont : accueil périscolaire, accompagnement à la scolarité, TAP;
  • également un salarié à la crèche Calin Doudou, et un salarié à l’accueil
  • remplacer tous les contrats aidés ne sera pas possible ; il faudra faire des choix au détriment de certaines activités / services (hors crèche Calin Doudou)

2 / La suppression des contrats aidés aura un impact important sur les personnes concernées ; les contrats aidés :

  • permettent un retour à l’emploi, notamment pour les contrats aidés qui se transforment en CDI (plusieurs cas au Colibri)
  • engagent les personnes dans une démarche dynamique (que le chômage détruit souvent)
  • rendent possible la création d’un réseau, utile pour la recherche d’emploi
  • apportent du positif et du sens : (re)valorisation des personnes, assurance dans le travail
  • ne sont pas des stages mais bien un travail effectif : implication dans le poste, remise à niveau, il s’agit bien d’un réel travail (pas une occupation…)
  • sont également des parcours de formation, car l’employeur s’engage à accompagner les personnes dans leur projet professionnel et la formation nécessaire

3 / La méthode est inacceptable :

  • décision sans concertation avec le secteur associatif,
  • les personnes concernées vont, trop rapidement, se retrouver au chômage

4 / Un (nouvel) épisode inquiétant pour l’avenir du secteur associatif et des centres sociaux, confrontés à:

  • des baisses de financement « continues », et croissantes
  • une concertation trop souvent symbolique
  • un risque d’instrumentalisation (centre social = services des financeurs)
  • une tendance à l’ingérence, tant financière que managériale
Du côté du réseau 42-43, les rencontres avec les députés, en présence de bénévoles et salariés du réseau, ont débuté la semaine dernière et suivront les prochaines semaines. Les centres sociaux continuent de faire entendre leurs voix.

 

Aller à la barre d’outils