«

»

Oct 18

Quand la céramique…

… accompagne des personnes âgées dépendantes

Depuis 2016, le Centre Socio-Culturel L’Horizon à La Talaudière organise un atelier « céramique » en partenariat avec la Maison de retraite de la Buissonnière. L’artiste plasticienne Blandine Leroudier (http://blandineleroudier.wixsite.com/site), « céramiste photographe » comme elle se définit, anime l’atelier tous les lundis à la Maison de retraite avec des résidents de l’EHPAD.

En raison de la reconstruction de ses locaux par la municipalité, le centre social a dû relocalisé l’ensemble de ses activités sur la commune. Fort du partenariat avec le CNRO Pro-BTP (Caisse Nationale de Retraite Ouvriers du Bâtiment), l’atelier « céramique » initialement dans l’enceinte du Centre Socio-Culturel, a migré à la Maison de retraite de la Buissonnière.

Important sur ce territoire de faire lien avec les seniors. D’après une étude départementale menée par la Conférence des Financeurs, plus de 30% de la population de la Talaudière a plus de 60 ans. « C’est aussi le reflet des tranches d’âge fréquentant le centre social », note Dominique Fiasson, sa directrice. La prise en compte  de la population Seniors est un des axes du futur projet social du Centre Socio-Culturel L’Horizon. Les 3 maisons de retraite implantées sur la commune sont aussi depuis longtemps des partenaires importants du Centre Socio-Culturel.

Le projet s’adresse à des personnes âgées dépendantes avec des déficiences de mobilité. Par la création, le fait d’être ensemble, le lien à la terre, au toucher, les personnes de l’EHPAD peuvent y trouver une certaine liberté. « Humainement, c’est hyper fort et c’est bien pour cela qu’on le fait, pour le côté humain. » ajoute Dominique. Selon Blandine, « pour les personnes de l’EHPAD, c’est génial, une dame de 100 ans, qui ne faisait plus aucune activité, découvre la céramique. L’activité la passionne, elle vient toutes les semaines et finit par reprendre aussi le cours de gym douce.».

Restent plusieurs évolutions au projet. Aujourd’hui les adhérents du Centre Socio-Culturel ne participent pas à l’activité pour plusieurs raisons (éloignement de la maison de retraite du centre ville et problème de déplacements, gêne dans les relations avec des personnes âgées dépendantes…). L’idée de départ était de pouvoir amener les adhérents du Centre Socio-Culturel à pratiquer l’activité à la Maison de retraite et d’inviter les résidents. Dans les faits, les résidents de la Maison de retraite se sont appropriés l’activité, faute d’adhérents ; aujourd’hui encore, le centre social aimerait mélanger les publics.

Mais question logistique, des petites choses coincent. « Au début j’avais 2-3 personnes, mais maintenant avec une douzaine de personnes dépendantes c’est beaucoup d’énergie et de patience et l’idéal serait de diviser le groupe » appuie Blandine. Le Centre Socio-culturel L’Horizon est en attente d’un partenariat plus construit avec la Maison de retraite qui de son côté a dû faire face à des difficultés organisationnels notamment au niveau de sa direction « il faut qu’on co-construise vraiment ce projet entre nos deux structures ».

Un travail de valorisation du projet avec un livret, une exposition, une inauguration se prépare pour 2018.

 

 

Aller à la barre d’outils