↑ Revenir à La « fédé » 42-43

Notre histoire

Après guerre-1968 : La « pré-histoire »

En 1945, le secrétariat social de la Loire d’obédience chrétienne, qui jusque ici fédérait juridiquement les centres sociaux décide d’accorder l’autonomie à ses centres sociaux impliquant ainsi leur constitution en association loi 1901 et favorisant leur déconfessionnalisation pour une ouverture à tous.

Dès les années 50, les associations familiales perçoivent le Centre social  comme un moyen de promotion des familles et un levier pour le développement de la vie associative dans le cadre de vie hors travail. Les associations familiales œuvrent pour l’implantation  de centres sociaux au sein des grands ensembles peu à peu construits à la périphérie des villes. Elles souhaitent favoriser le développement des équipements et améliorer les conditions de vie des familles ouvrières en leur sein.

Parallèlement, la Caf de St Etienne s’engage fortement sur le problème de l’accès au logement décent des familles les plus modestes. De fait, les Caf, les militants familiaux et syndicaux, les offices HLM, les sociétés immobilières privées, bientôt rejoint par l’Etat s’intéressent de près aux centres sociaux implantés au cœur des grands ensembles et favorisent leur développement. Ils seront 21 en 1969

En 1959, c’est d’une collaboration des associations familiales, des centres sociaux et de la société HLM « le Foyer-Jardin Stéphanois », que nait l’Association des Centres Familiaux et Sociaux de St Etienne (ACFSSE).

En 1966 des contacts se nouent entre l’ACFSEE et les syndicats de travailleurs qui intègrent son Conseil d’Administration. En parallèle, l’ACFSEE, d’autres centres sociaux situés dans la circonscription de la Caf de St Etienne et un représentant de cette même caisse évoquent, à l’occasion d’une réunion, la création d’une fédération départementale pour accéder à de nouveaux financements et se professionnaliser et favoriser l’échange de pratiques et de réflexions

Ce n’est pourtant qu’à la fin de 1968, à l’initiative de l’ACFSSE et en l’absence d’un soutien assuré des centres sociaux hors de St Etienne, qu’est ré-impulsée la dynamique de fédération des centres sociaux de la Loire.

1969 : Fédération de la Loire, nouvelle-née

Soutenue par l’intérêt de 14 centres sociaux, mais aussi celui de la Caf et de l’association des maires de l’arrondissement de St Etienne,  des associations familiales, de la DDASS, la fédération de la Loire est constituée le 4 mars 1969. Elle marque l’aboutissement du travail mené par l’ACFSSE.

Années 70 : Précision des objectifs

La Fédération départementale définit un projet d’éducation populaire qui encourage les activités socioculturelles pour l’épanouissement du corps, de l’intelligence, de la créativité, et favorise la pratique de la citoyenneté.

Attachée à la démocratie participative, la Fédération met en œuvre avec ses adhérents le développement de la vie associative locale et la formation requise pour que des habitants, avec les centres sociaux, puissent piloter des actions d’intérêt général.

Elle applique enfin les principes de laïcité en facilitant la coopération des personnes et des organisations différentes,  dans le respect mutuel des opinions.

1978 : Multiplication des centres sociaux

56 centres sociaux sont implantés dans la Loire dont 35 ont été créés entre 1969 et 1978. Parmi ces derniers, 32 sont gérés par des associations loi 1901. Des animateurs socioculturels et des agents coordonnateurs assurent dorénavant un appui aux responsables bénévoles.

Années 80 : Place à l’autonomie

Les centres sociaux s’autonomisent. La fédération passe d’une position d’employeur au service des associations de centres sociaux (délégués-directeurs mis à disposition) à une position d’accompagnateur de projets de structures. Les associations de regroupement de centres sociaux disparaissent. La question de l’autonomie politique et économique de chaque projet centre social se pose. La fédération de la Loire joue un rôle fondamental de formation des acteurs du réseau.

Années 90 : Avènement du « dossier-projet » et intégration de la Haute-Loire

La place, l’identité et les missions des centres sociaux font l’objet d’un travail collaboratif entre les Caf de St Etienne et Roanne, les acteurs des centres sociaux, la fédération et d’autres institutions. La décentralisation et la sectorisation des financements ont des effets pervers sur la cohérence et la transversalité du projet global des centres sociaux. En réponse, la fédération imagine un schéma d’accompagnement calqué sur la durée des agréments (Caf, Département, commune…) des centres sociaux. Elle remet sur le devant de la scène l’animation globale et le développement social local. Ce travail aboutit en 2001 à la validation par l’ensemble des acteurs concernés, d’un « dossier projet » unique pour chaque centre.

Emergence de la fédération Loire ET Haute-Loire suite à la sollicitation de la fédération par la Caf haute-Loire et des structures d’animation associative.  La fédération, en lien avec la Caf du département, accompagne des initiatives locales et entame la constitution d’un réseau de centres sociaux agréés. La fédération est officiellement renommée fédération de la Loire et Haute-Loire à l’Assemblée Générale de 2011.

2008 : Naissance du premier projet fédéral

Le premier projet fédéral (2008-2012), construit en lien avec les acteurs des centres, définit comme finalité « Faire vivre des projets de transformation sociale basée sur le développement du pouvoir d’agir des habitants ».

projet fédéral départemental 2008 2013

2012 : Renouvellement du projet fédéral

Le projet fédéral est renouvelé (2012-2016) mais conserve la même finalité : « Faire vivre des projets de transformations sociales basés sur le développement du pouvoir d’agir des habitants  ». Il valide cinq axes de travail pour la fédération dans les quatre années à venir.

Bibliographie : MAGUIN Paul, Construction et mutations d’un réseau militant. Les Centres sociaux de la Loire, 1921-1971, UVA, 2009, 178 pages
 
projet fédéral départemental 2012 2016
 
BARRE RESEAU - LETTRE - AVEC LOGO
Aller à la barre d’outils