Sep 25

Contrats aidés, une mobilisation du réseau 2

Nous souhaitons partager les positions prises par le bureau du centre social du Colibri (Saint-Etienne) la semaine dernière sur l’impact du gel des contrats aidés dans leur structure. Pour donner l’aperçu d’une réalité de terrain.

 

1 / La suppression des contrats aidés aura un impact important sur le Colibri :

  • les activités/services auxquels contribuent des contrats aidés sont : accueil périscolaire, accompagnement à la scolarité, TAP;
  • également un salarié à la crèche Calin Doudou, et un salarié à l’accueil
  • remplacer tous les contrats aidés ne sera pas possible ; il faudra faire des choix au détriment de certaines activités / services (hors crèche Calin Doudou)

2 / La suppression des contrats aidés aura un impact important sur les personnes concernées ; les contrats aidés :

  • permettent un retour à l’emploi, notamment pour les contrats aidés qui se transforment en CDI (plusieurs cas au Colibri)
  • engagent les personnes dans une démarche dynamique (que le chômage détruit souvent)
  • rendent possible la création d’un réseau, utile pour la recherche d’emploi
  • apportent du positif et du sens : (re)valorisation des personnes, assurance dans le travail
  • ne sont pas des stages mais bien un travail effectif : implication dans le poste, remise à niveau, il s’agit bien d’un réel travail (pas une occupation…)
  • sont également des parcours de formation, car l’employeur s’engage à accompagner les personnes dans leur projet professionnel et la formation nécessaire

3 / La méthode est inacceptable :

  • décision sans concertation avec le secteur associatif,
  • les personnes concernées vont, trop rapidement, se retrouver au chômage

4 / Un (nouvel) épisode inquiétant pour l’avenir du secteur associatif et des centres sociaux, confrontés à:

  • des baisses de financement « continues », et croissantes
  • une concertation trop souvent symbolique
  • un risque d’instrumentalisation (centre social = services des financeurs)
  • une tendance à l’ingérence, tant financière que managériale
Du côté du réseau 42-43, les rencontres avec les députés, en présence de bénévoles et salariés du réseau, ont débuté la semaine dernière et suivront les prochaines semaines. Les centres sociaux continuent de faire entendre leurs voix.

 

Sep 24

Ressources

Quelques liens ressources autour du « Bien vieillir » :

Le site « Bien vieillir » de la FCSF avec beaucoup d’expérimentations et de documents ressources

Document repère : « Vieillesse comme charge ou vieillesse comme ressource ? Les centres sociaux accompagnent le vieillissement dans une démarche de Développement Social Local » Publication FCSF en partenariat avec la CNAV et la CCMSA – 2012 

Mémoire de recherche « Vieillissement et centres sociaux. L’accompagnement du public sénior en centre social » Marc Barois – Master 2 Sciences Humaines et Sociales – Université de Lille I – 2017. Memoire Marc Barois M2 Vieillissement et centres sociaux

La fabrique des possibles « Développement Social et Vieillissement » Guide de pratiques FCSF – 2015

 

Sep 18

Contrats aidés, une mobilisation du réseau

Les centres sociaux font entendre leur voix sur les contrats aidés…et interrogent la prise en compte de la mutation du travail !

La Fédération nationale FCSF en concertation avec les fédérations départementales, a déployé une énergie considérable pour faire entendre la voix des centres sociaux sur les contrats aidés. Cela s’est traduit par des échanges et interpellations de la FCSF, du SNAECSO et de l’ACEPP en direction des cabinets du Premier Ministre et de la Ministre du travail.

Localement, le réseau 42-43 des centres sociaux s’est employé à analyser les répercussions qu’une telle réforme pourrait avoir en terme d’impacts sociétaux et économiques. En 2016, on comptait 111 personnes en contrats aidés dans le réseau des centres sociaux du 42-43, dans le domaine de l’animation, de l’accueil, de l’entretien, du développement social.

Les centres sociaux fédérés accompagnent réellement les personnes en contrat aidés (première expérience professionnelle, formation, découverte d’un métier, de la vie associative, regain de confiance en soi, de dignité, sortie de l’isolement, dynamique d’épanouissement et émancipation …). Ce sont des personnes qui font partie intégrante des équipes et apportent de véritables plus-values aux territoires et leurs habitants.

Les équipes (bénévoles et salariés) et personnes concernées se mobilisent pour faire entendre leur réalité auprès des services de l’État (DIRECCTE et Préfecture) et auprès des élus : campagne d’interpellation des députés et sénateurs en cours…

Il s’agira non seulement de :

  • proposer un moratoire sur les contrats en cours pour permettre de gérer les situations humaines, les parcours de formation en cours
  • d’ouvrir une réflexion plus large avec nos partenaires autour de la mutation du travail (concertation sur les questions de formation, expérimentation de nouveaux dispositifs qui répondent aux défis d’accompagnement des personnes les plus éloignées de l’emploi…)

La fédération est également signataire d’une interpellation plus collective portée par les Fédérations de Jeunesse et d’Éducation Populaire de la Loire.

D’autres articles et témoignages de salariés et bénévoles du réseau 42-43 suivront.

Sep 16

Aller de l’avant à la Livatte à Roanne

A 64 ans, lifting pour le centre social Jean-Michel à Roanne : Nouveaux locaux et changement de nom !

Après 64 ans d’expériences, l’accueil de nouveaux salariés, bénévoles, un nouveau projet en 2016…, le « re-nommé » centre social la Livatte a inauguré ses nouveaux locaux le 1er Juillet 2017. Adhérents, habitants, partenaires les ont visités. Tous ensemble, nous avons célébré cette nouvelle étape dans la vie du centre social.

« La Livatte » : Nom du quartier, c’est aussi le nom du bâtiment d’origine : l’école maternelle de la Livatte, école emblématique du quartier dans les années 80/90 fermée il y a une dizaine d’années. Le logo quant à lui a plusieurs significations : deux mains qui se tiennent et qui englobent le monde, un ballon pour le collectif et l’esprit d’équipe, ou encore un grain de café pour un lieu de partage, d’accueil et de réflexion… 

Rendez-vous ici  pour plus d’infos et le programme du centre social.

Tant il défend les valeurs de notre réseau et nous pousse à agir et grandir ensemble, nous avons souhaité partager ici le discours prononcé à cette occasion par Guy Segay, vice-président du centre social :

« Notre présidente Aline et notre directrice Maryline, vous ont tracé les grandes lignes de l’existence de notre centre social, de votre centre social, 64 ans de vie, 64 ans d’expériences, 64 d’histoires à raconter, 64 ans à traverser l’histoire de notre ville, de notre pays. Et aujourd’hui, plus que jamais, les centres sociaux s’inscrivent dans les mouvements, dans les secousses de notre époque. Oui, les secousses, comme celle du 18 juin dernier, où 50% des électeurs ont envoyé à nos responsables politiques un message de désaffection, comme une semonce pour dire que l’expression civique quitte l’isoloir, et est à la recherche d’autres lieux, d’autres moyens pour se manifester. Il n’a pas suffi de surévaluer certains dangers pour mobiliser le citoyen ; il faut aujourd’hui d’autres perspectives pour donner le goût de l’action citoyenne. Et c’est là que nos centres sociaux sont porteurs d’espoir, porteurs d’avenir. Et c’est là que le centre social La Livatte veut prendre et prend déjà toute sa place.

Les mois passés ont été riches d’échange et de moments en partage, comme l’a dit Maryline par la construction du nouveau projet social, qui dans le feu de l’action nous a amené un gros travail sur les plans de formation, pour toujours plus de professionnalisme, plus d’écoute et d’attention auprès des habitants dont beaucoup payent la note d’un monde qui marche à l’envers, comme sacrifiés à toujours plus d’égoisme de la part d’une minorité sans complexe.
Inverser le cours de choses peut paraitre une ambition bien grande, mais y participer, chacun à la hauteur de ses moyens, y croire et essayer, c’est la direction que nous vous proposons, tous ensemble, salariés, habitants, bénévoles, dans l’esprit de l’éducation populaire, exercice coopératif du doute, où chacun peut apprendre quelque chose à l’autre, la culture pour tous, par tous.

Aller à la rencontre de nos voisins, découvrir avec eux quel caillou dans la chaussure, quel rocher au milieu de la route, leur empoisonnent l’existence, les encourager, les soutenir à chasser le caillou de la godasse, ou le rocher qui barre le chemin, à plusieurs faire un petit pas, avant d’en faire de plus grands, ce sont nos envies communes, à égalité, salariés, bénévoles, administrateurs, pour plus d’idées, plus de démocratie, plus de respect, plus d’espoir. »

 

Sep 04

Le plein d’initiatives pour la rentrée !

Le livre « Agir près de chez soi », écrit par Anne Dhoquois et publié en janvier 2017 (éditions de l’Atelier, collection Pouvoir d’agir) en collaboration avec la FCSF, est fort de témoignages qui inspirent et nourrissent le pouvoir d’agir.

« Ce livre, qui recense plus de 25 initiatives portées par les citoyens eux-mêmes, nous emmène à la découverte d’un jardin partagé, d’une commission laïcité, d’une table de quartier, d’un journal, d’une laverie solidaire… L’occasion de rencontrer des jeunes et des moins jeunes, des pauvres et des moins pauvres, des urbains et des moins urbains qui chacun à leur façon réinventent le « vivre ensemble » et redynamisent les fondements de notre démocratie.

Pour vous donner envie de le découvrir, vous pouvez voir à cette adresse la bande annonce du livre https://youtu.be/YXS06dafgD4

Nous avons des exemplaires à la Fédé, n’hésitez pas !

 

 

 

Juil 11

Un prochain espace de vie sociale à Fonsala

Depuis la fermeture du centre social de Fonsala en 2014 à St Chamond, plusieurs initiatives ont été soutenues par la ville pour maintenir une offre de loisirs sur le quartier, notamment en lien avec le centre social de St-Julien et les Francas.

Aujourd’hui, de nouveaux enjeux et dynamiques émergent sur ce territoire ; il apparait opportun de s’appuyer sur les envies et souhaits des habitants de Fonsala pour accompagner la mise en place, par l’implication du plus grand nombre, d’un lieu ouvert à tous, véritable foyer d’initiatives habitants soutenant des projets portés par et pour des habitants.

La Ville de Saint-Chamond a embauché en mai 2017 Anne Piguet pour enclencher la dynamique et soutenir la création d’une structure associative. La première étape : aller à la rencontre des habitants et acteurs du territoire pour recueillir les besoins et envies dans l’animation du quartier. S’en suivra la mobilisation d’un groupe de bénévoles pour co-construire les bases de l’association et l’accompagnement à la création de la structure en tant qu’Espace de Vie Sociale (EVS).

La fédération des centres sociaux 42-43 est chargée d’accompagner Anne Piguet de manière régulière, tant sur la connaissance du territoire, la méthodologie, que sur l’organisation de temps d’échanges et de partage de ressources et d’outils. Elle est aussi associée aux rencontres partenariales et de pilotage.

Une conférence de presse, impulsée par la Ville de St Chamond et ses partenaires s’est tenue le 21 juin. Ce temps d’échange et de communication a témoigné du travail partenarial mené pour cette mission et de la volonté de voir émerger une structure associative créée par et pour les habitants. Aventure à suivre donc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Juil 10

Le Festifoot, un pari réussi pour une première édition !

Quelques nouvelles du Festifoot !

« Pari réussi pour le Festifoot, avec environ 200 personnes de tous âges qui ont défilé le samedi 1er juillet dans la cour de l’école Thivel, à l’invitation du pôle « Jeunesse » du centre social Christine Brossier ! L’événement avait été préparé depuis plusieurs mois par un collectif de jeunes épaulés par Nicolas et Lucile, animateurs au centre, avec le soutien de la commune, de la CAF et du département.

Six équipes se sont succédées de 10h à 18h dans une cour d’école transformée le temps d’un jour en un véritable stade… Au programme : matchs de foot bien sûr, mais aussi maquillage pour les petits, châteaux gonflables, buvette et restauration, « cellograff » (graffs sur un mur éphémère en film plastique), spectacle de magie, jusqu’à la remise des trophées aux deux meilleures équipes de la journée.

Un très bel événement, dans une ambiance chaleureuse et conviviale !

Bravo aux jeunes qui se sont impliqués sur ce beau projet !

Plus de photos sur la page Facebook du centre : https://www.facebook.com/centresocialsury/ « 

Source / site internet du centre social Christine Brossier : http://42surylecomtal.centres-sociaux.fr/2017/07/03/festifoot-pari-reussi/

Juin 22

Inauguration du jardin partagé à Rive de Gier

Le 31 mai 2017, c’était l’inauguration du jardin partagé au quartier du Grand Pont à Rive de Gier aux abords du centre social Armand Lanoux, porteur du projet.

Habitants, professionnels et bénévoles du centre social, jardiniers bénévoles, enfants du centre de loisirs, volontaires en service civique ayant participé au projet, presse, représentants de la ville de Rive de Gier, bailleur social… une centaine de personnes ont inauguré le jardin partagé et pédagogique, ouvert à toutes les mains (plus ou moins) vertes !

Pour avoir un aperçu de l’ambiance de l’inauguration,

 

Juin 08

La famille au centre social : quelles références pour quel référent ?

C’était il y a un peu plus d’un an, en mars 2016. La journée référents familles avait réuni près de 80 participants, administrateurs, directeurs, référents familles, salariés des Centres sociaux, salariés de la CAF, Fédération…

Deux années de travail intense, de neurones en ébullition, avant une « consécration » le 4 mars 2016. Référents famille et directeurs, coudées serrées, ont avancé :

  • Quelles sont les missions du référent famille ?
  • Qu’impliquent-elles pour le centre social et l’ensemble de ceux qui le côtoient : habitants citoyens, professionnels de la jeunesse, administrateurs, bénévoles ?
  • Comment se coordonnent-elles avec les missions des autres acteurs du centre social ?

Retrouvez les contenus, les animations, des vidéos et documents ressources ici.

 

Mai 22

Quelques ressources extérieures …

La Fédération 42-43 développe ses projets en suivant 5 questions sociales prioritaires. L’une d’elle, et pas des moindres, est la lutte contre la pauvreté et la précarité économique. La question de la pauvreté/précarité, de plus en plus présente sur nos territoires interroge indirectement les façons de faire des Centres sociaux et de leurs partenaires. La Fédération s’implique avec d’autres à l’échelon local (ATD Quart Monde) ou régional (URACS) sur ces questions.

Pour enrichir nos actions et nos réflexions communes, voici deux ressources inspirantes :

Le journal Résolis de décembre 2016 

L’association Résolis a mené pendant 3 ans des travaux pour repérer et valoriser des initiatives locales en matière de lutte contre la pauvreté en France sur différentes thématiques (accès au logement, insertion professionnelle , précarité alimentaire, accès à la santé, réussite éducative …). Sa publication permet également d’identifier et d’analyser les freins qui entravent cette lutte, et d’ouvrir des sujets de discussion et d’initiatives. L’association tient aussi un observatoire des initiatives.

Le magazine Debout

Debout est un magazine d’informations accessibles et pratiques, de conseils et de témoignages inspirants, sur tous les sujets du quotidien, pour agir de façon autonome et pour comprendre ses droits. Autant pour les personnes concernées que les professionnels impliqués, on peut y trouver des ressources.

Articles plus anciens «

« Articles plus récents

Aller à la barre d’outils