[Echanger-consommer autrement] Rencontre avec le centre social de Sury !

Rencontre avec Jean-Baptiste Willaume, directeur du centre social Christine Brossier à Sury le Comtal. Le centre social vient tout juste de fêter ses 5 ans. 

« Échanger- consommer autrement », comment ça vous parle au centre social ?

Dès la création du centre social, ces questions ont été saisies. Dans notre CA, il y a des personnes sensibles aux alternatives, consommer autrement, etc. Mon prédécesseur était aussi très axé sur ces questions-là, qui étaient au cœur du projet social. Quand je suis arrivé, il y a deux ans, il y avait déjà des actions en route qui avaient coloré l’identité du centre.

Mais ce n’est pas du « tout-cuit », il n’y a pas tellement de culture militante ou écologique au niveau de la population. Le défi, c’est d’arriver à créer une dynamique avec les habitants. Aujourd’hui, on ne sent pas que c’est suffisamment porté par des habitants, par exemple sur les paniers paysans où ça ne répond pas tellement, même s’il y a de plus en plus une sensibilité sur le fait de bien manger, de soutenir l’agriculture locale.  Le défi pour nous c’est de trouver les moyens pour que la population voit de l’intérêt à ces alternatives ou aux nouvelles manières de consommer. C’est un travail d’éducation populaire. De comment on fait quelque chose de collectif. Dans le contexte des gilets jaunes et les modes de consommation alternatifs, il y a un défi à ce que les personnes plus précaires s’y retrouvent.

"Le défi pour nous, c’est d’arriver à créer une dynamique avec les habitants [...], de trouver les moyens pour que la population voit de l’intérêt à ces alternatives ou aux nouvelles manières de consommer. "

Quelles sont les actions organisées au centre social ?

On a différents projets autour de ces thématiques : le vide grenier solidaire qui correspond à une zone de solidarité. Les personnes apportent des choses dont elles se débarrassent, d’autres viennent récupérer avec participation symbolique. Le troc de graines, en lien avec l’ »Assen » (L’Association suryquoise de sauvegarde de l’environnement) et on fait la cinquième édition cette année. Les gens viennent et proposent des graines et des plants. Ca réunit pas mal de monde, c’est un évènement sympa, local et un public qu’on ne voit pas forcément au centre social. Les paniers paysans, avec l’association « De la ferme au quartier » tous les mercredis soirs. Je crois qu’on est le seul point de distribution sur la plaine du Forez, hors de la métropole stéphanoise. On réfléchit avec eux à d’autres débouchés, notamment pour organiser plus ponctuellement des temps de préparation de repas avec des produits paysans, avec les enfants du centre de loisirs. On a un projet de marmite paysanne auprès des personnes âgées une fois par trimestre pour préparer ensemble un repas.

Sur un autre registre, mais je trouve ça intéressant, on a lancé un atelier de guitare un peu spécial cette année. Habituellement, les cours de guitare sont chers et passent souvent par du solfège. On a lancé des cours de guitare ouverts à tous, notamment pas mal de cinquantenaires, qui viennent jouer ensemble, pour le plaisir. C’est aussi notre identité : d’identifier des domaines où les loisirs ne sont pas facilement accessibles et trouver des formules alternatives.

Après, on a plein d’envies qu’on teste ou qu’on veut tester ! Relancer des échanges de services, des ateliers de vélo qu’on a testé, …

Aller au contenu principal
Aller à la barre d’outils